Le paysagiste, le professionnel des espaces verts et du jardin

Le paysagiste, le professionnel des espaces verts et du jardin

2 novembre 2020 0 Par Sarah

Entre le sculpteur et l’architecte, le paysagiste aménage et taille les jardins ainsi que les espaces verts pour les rendre harmonieux. Il a pour spécialité de rendre les végétaux plus sublimes en variant les textures, en rimant les couleurs ou encore en jouant avec les formes massifs. Un métier très technique qui demande pourtant une grande dose de créativité.

C’est quoi vraiment le métier d’un paysagiste ?

Un excellent paysagiste 77  est différent d’un jardinier même s’il maîtrise les procédés aratoires ou connaît sur le bout des doigts les plantes et les végétaux.

Tout d’abord, il a pour rôle de créer les aménagements des paysages en fonction d’un cahier des charges. Bien sûr, il doit avoir le sens de l’esthétique et pense aux options possibles (essences, matériaux naturels ou artificiels.) selon le site qu’il doit aménager ou transformer ou aménager (finalité, nature du site, climat…)

Grâce aux logiciels de DAO, des plans, des dessins, des esquisses, il peut effectuer ses travaux de création. En parallèle, il établit les documents administratifs et techniques indispensables pour la mise en œuvre du projet tel que les règlements d’appel d’offres, les clauses légales, plan des réseaux d’irrigation, l’acte d’engagement, plans des terrassements… À part la mise en œuvre du projet, le professionnel peut aussi opérer dans le domaine des études, du conseil, de la recherche et de l’enseignement.

Sur des chantiers de grande ampleur, il peut travailler en collaboration avec des ingénieurs, des urbanistes, des architectes. Pour aménager les espaces verts, réaliser ou réaliser les jardins privés, il travaille en collaboration avec des spécialistes de la flore et des végétaux comme l’horticulteur, la pépiniériste et les jardiniers pour réaliser les travaux. En fonction de l’entreprise dans laquelle il travaille, on peut aussi demander au paysagiste 77 professionnel de superviser le suivi du chantier.

Par ailleurs, ce professionnel est aussi régulièrement en contact avec de nombreux clients. Il intervient chez des particuliers, des représentants de sociétés, des cadres, d’entreprises d’autoroutes, de grandes régies immobilières, etc.

Évidemment, ses activités varient au fur et à mesure des saisons. Il s’agit vraiment d’un métier « vert », un métier de l’environnement qui prend les rythmes de la nature

La vision du paysagiste 77 professionnel doit aussi être portée dans le temps et demande de bonnes connaissances professionnelles. Un jardin aménagé de nos jours va se développer au cours des années à venir, demandant un entretien adapté.

Le paysagiste doit aussi veiller au fait que ses créations soient toujours estimées de nombreuses années plus tard.

Les qualités indispensables sont une bonne connaissance de l’univers de végétal, des connaissances techniques, un sens de la munitie, de l’initiative et du soin. Mais le paysagiste 77 professionnel doit aussi avoir le sens de la négociation et les connaissances administratives et juridiques souvent indispensables pour le montage de ses projets

Le paysagiste peut exercer dans des cadres variés : dans un bureau d’études, en libéral, au sein de services des collectivités territoriales ou même de l’État, dans de grandes entreprise, des associations ou des ONG, dans des établissements de formation… Salarié ou à son compte le paysagiste travaille rarement seul.

Qu’en est-il du marché d’un paysagiste ?

L’UNEP ou l’Union Nationale des Entreprises du Paysage a enregistré la croissance record du canal en 2017, avec une activité menée durablement à la hausse, au environ plus de 4,5 % sur un an. Les marchés des particuliers et des publics ont connu une tendance très positive.

Selon les résultats du baromètre Unep-Val’hor-Agrica, le chiffre d’affaires a évolué de 7,5 % au troisième semestre 2017 et de 5,5 % aux quatrièmes trimestres, par rapport aux mêmes périodes de 2016. Sur un an, le marché des particuliers s’augmente de 5,5 % et reste la section le plus dynamique du métier.

Les marchés privés (hors particuliers) et publics sont aussi à la hausse avec respectivement une croissance annuelle de 4 % et 3,5 % par rapport à 2016. La reprise de l’activité se déclare aussi à travers l’embauche : 60 % des sociétés ont embauché au second semestre 2017 et près de 48 % des entrepreneurs du paysage ont prévu de recruter de nouveaux salariés l’année 2018.

Quelles sont les compétences attendues pour le métier d’un paysagiste ?

Comme il a été mentionné plus haut, le paysagiste 77 professionnel doit avant tout disposer de très solides connaissances en jardinerie. Il a la main verte et connaît sur le bout des doigts les besoins de chaque plante et leurs spécificités. Il est à la fois patient, minutieux et manuel.

Toutefois, c’est par sa créativité que le paysagiste se démarque. Sa sensibilité esthétique lui permet d’ajuster les végétaux avec goût.

Parce qu’il exerce pour des propriétaires divers, le paysagiste doit aussi bénéficier de certaines qualités commerciales, tel un sens poussé de la clientèle. Il est adaptable, à l’écoute et réactif.

Enfin, le paysagiste exerce en extérieur, quels que soient les dangers climatiques. Il doit donc disposer d’une bonne condition physique.

Quelles sont les démarches administratives pour monter son entreprise de paysagiste ?

Voici les différents statuts possibles en fonction du type d’entretien d’espace vert et d’activité de jardinage et réalisée :

Si vous plantez des plantes ou des arbres, cela concerne l’activité agricole, avec un régime social agricole MSA (Mutualité sociale agricole).

Ainsi, il est donc indispensable de s’inscrire auprès de la Chambre d’agriculture par conséquent la microentreprise ou l’autoentreprise est impossible.

L’entretien de jardin et de parc (taille, tonte, élagage…) répond à une activité commerciale BIC (Bénéfices industriels et commerciaux), mais avec une inscription exigée à la MSA. Il faut avant tout s’inscrire à la Chambre de Commerce et d’Industrie pour créer une entreprise individuelle, puis à la MSA. La microentreprise ou l’autoentreprise ne sont pas non plus possibles.

Si vous effectuez des travaux de maçonnerie ou des terrassements (aménagements en dur, murets,) ou si vous réalisez du bricolage qui touche aux bâtiments, vous serez considéré comme artisan avec une inscription à la Chambre des Métiers et de l’Artisanat. Dans ce cas, un diplôme ou 3 ans d’expérience sont requis. L’autoentreprise ou la microentreprise est possible.